Le fonds ancien de la Bibliothèque de l’École nationale vétérinaire d’Alfort

Auteur : Sandrine Haon

Avec plus de 10 000 volumes, la bibliothèque de l’École nationale vétérinaire d’Alfort se caractérise par la présence d’un remarquable fonds patrimonial qui retrace l’histoire de la médecine vétérinaire et, plus largement, des relations entre l’homme et l’animal depuis l’Antiquité. La majeure partie de ces ouvrages a été éditée aux dix-neuvième et vingtième siècles et écrite par des « artistes vétérinaires » qui furent formés dans les écoles de Claude Bourgelat. Mais l’origine du fonds ancien ‒ au sens bibliophilique du terme (c’est-à-dire les livres antérieurs à 1814) ‒ restait assez mystérieuse : si des livres sur l’équitation, imprimés aux alentours de la création de l’École pouvaient avoir été achetés dans la perspective de la constitution d’une première bibliothèque destinée aux élèves, des ouvrages précieux, tant par leur rareté et leur ancienneté que par la beauté de leur reliure, et parfois assez éloignés du sujet, semblaient ne pas avoir leur place dans un fonds documentaire mis à la disposition des très jeunes gens issus du monde des artisans et parfois quasi illettrés qu’étaient les premiers étudiants.

Comment expliquer par exemple la présence du De Proprietatibus rerum de Barthélémy l’Anglais, dans son édition de 1492, c’est-à-dire imprimé près de trois cents ans avant la fondation de l’École ? Quant aux nombreux traités sur l’équitation et autre Parfait Maréchal, la nature évidemment précieuse de leur reliure, leur excellent état de conservation, la langue dans laquelle ils ont été écrits (beaucoup d’italien, un peu d’allemand) semblent démontrer qu’ils n’ont jamais été les manuels de classe des tout premiers élèves.

Cette hypothèse est confirmée par ce que nous savons du rapport que Claude Bourgelat, le fondateur et premier inspecteur des écoles vétérinaires, entretenait avec les écrits de ceux qui, comme Lafosse, avaient été ses rivaux malheureux dans la mise en place d’un enseignement vétérinaire ou de ceux qui, tels Fragonard, après avoir été les disciples du maître voulaient s’émanciper de sa tutelle en publiant leurs propres œuvres. La personnalité de Bourgelat, que l’on qualifierait aujourd’hui volontiers de paranoïaque, l’avait en effet poussé à bannir du corpus destiné aux élèves tout autre livre que les siens[1].

Témoins concrets de l’histoire de l’École, aussi anciens que son idée et probablement aujourd’hui les seuls objets présents entre ses murs depuis sa création, ces volumes d’origine sont d’ailleurs encore présents dans le fonds actuel : ainsi par exemple De la conformation extérieure des animaux de 1768 ou L’Art vétérinaire de 1767 ont-ils une fois écrits sans doute été aussitôt mis à la disposition des élèves. Mais Bourgelat, aussi prolifique fût-il, n’a publié qu’une vingtaine d’ouvrages, ce qui est loin de représenter la totalité du fonds dix-huitième siècle de la bibliothèque. Celui-ci s’est-il enrichi par une politique d’acquisitions rétrospectives après la mort du fondateur ?

D’après les sources en notre possession, il semblerait qu’il n’en ait rien été : ainsi Chabert, le premier directeur à avoir été libéré de la tutelle de Bourgelat, mit-il longtemps avant d’autoriser les élèves à se pencher sur d’autres sources : essentiellement d’ailleurs ses propres écrits ou bien ceux du corps enseignant, dont la liste, figée et communiquée aux nouveaux arrivants, avait été établie avec beaucoup de soin et de prudence[2].

Il est donc évident que, bien que plus ou moins contemporains des premières années de l’École, des traités d’équitation et de cavalerie comme l’École de Cavalerie de La Guérinière (1751) ou encore les ouvrages d’hippiatrique de Lafosse, ennemi déclaré de Bourgelat et des écoles qu’il avait créées, n’ont pas été introduits dans les collections de la bibliothèque à la demande des professeurs. On peut donc supposer qu’ils sont arrivés dans le fonds en même temps et de la même manière que les ouvrages plus anciens des xvie et xviie siècles.

Si l’on se penche sur des collections similaires dont l’histoire est à peu près connue, on constate que la plupart des fonds anciens des bibliothèques patrimoniales ou dotées d’un fonds patrimonial remarquable est issue des confiscations révolutionnaires. Rappelons les faits : à un premier décret du 2 novembre 1789 touchant les biens du clergé, s’ajoutera celui du 9 février 1792 portant sur la confiscation des biens des nobles immigrés. Si les confiscations sont, dans un premier temps, destinées à des ventes aux enchères plus adaptées aux biens immeubles qu’aux biens meubles (on frémit à imaginer combien d’ouvrages rares furent ainsi achetés au poids par des fabricants de pâte à papier), l’abbé Grégoire réussit à protéger les livres précieux par deux décrets de 1792 et 1794 qui placent « les bibliothèques et les autres monuments de science et d’art » sous la responsabilité des citoyens. Après nombre de vols et de déprédations, les livres sont enfin répartis entre la Bibliothèque nationale, des « dépôts littéraires » à l’origine des futures grandes bibliothèques municipales et divers établissements parisiens[3].

Il est tout à fait vraisemblable de penser que l’École d’Alfort est au nombre de ces établissements. D’abord parce qu’une partie des livres anciens en notre possession est manifestement passée, avant d’arriver dans notre collection, par les mains de bibliophiles issus de la noblesse : les nombreuses reliures aux armes, la présence de notes marginales écrites par des propriétaires parfois identifiables et, surtout, la grande quantité d’ex-libris en attestent. Ensuite parce que nous trouvons, dans le Catalogue des livres dessins, estampes de feu Jean-Baptiste Huzard, dont nous reparlerons, ce propos d’A.-A. Barbier rapportant qu’en l’an VI

« M. Huzard, membre de l’Institut a été choisi pour diriger les recherches qui ont été faites dans les divers dépôts nationaux, de tous les livres ayant un rapport plus ou moins direct avec la science vétérinaire et par ses soins la Bibliothèque d’Alfort possède déjà un nombre assez considérable de très bons ouvrages sur la botanique, l’agriculture, l’art vétérinaire, la zootechnie[4]. »

Ainsi ce sont bien des confiscations révolutionnaires qui, par le choix de Jean-Baptiste Huzard, sont venues constituer une partie du fonds ancien d’Alfort. Mais une partie seulement, l’autre, en effet, au vu de même ex-libris reproduisant la même signature hérissée de H et de Z, provient de la bibliothèque de Jean-Baptiste Huzard lui-même.

Qui était donc cet homme auquel la Bibliothèque doit, à l’exception de quelques dons faits dans le cours du xxe siècle, la totalité de sa collection d’ouvrages rares et précieux ? Un vétérinaire, l’un des premiers issus des écoles de Bourgelat, fils de maréchal, c’est-à-dire d’artisan, et à ce titre désireux de pallier par les livres l’instruction relativement sommaire qu’il avait reçue (avant son entrée à l’École, à l’âge de treize ans) chez les Petits Augustins et qui deviendra inspecteur général des écoles vétérinaires, membre de l’Institut, père de la jurisprudence vétérinaire… et un bibliophile de renom, à la tête d’une bibliothèque de 40 000 ouvrages célèbre dans l’Europe entière.

Collectionneur de livres depuis ses seize ans, c’est-à-dire l’année où Bourgelat le nomma professeur, Huzard était aussi l’époux de Marie-Rosalie Huzard, née Vallat La Chapelle, issue d’une dynastie d’imprimeurs et libraires scientifiques et dont elle avait pris la suite. La librairie publiait des ouvrages contemporains, notamment une édition des œuvres complètes de Bourgelat par Huzard, mais faisait aussi commerce d’ancien, ce qui permettait à Huzard d’assouvir sa passion en étant le premier à avoir entre les mains les livres rares proposés à la vente. Sa bibliothèque devint ainsi la plus complète en ce qui concernait « les animaux domestiques (oiseaux et insectes compris), ceux qui servent à nos plaisirs, à nos aliments, les animaux nuisibles, ceux qui sont employés contre nos maladies, etc. ; elle les embrasse dans leur génération, dans leur anatomie, dans leur beauté extérieure, dans les soins qu’ils exigent en santé, en maladie, dans les services qu’on en retire, dans les produits qu’ils donnent pendant leur vie et après leur mort, enfin dans leur place parmi les autres animaux de la création[5] ».

À sa mort, sa veuve insista auprès du gouvernement pour qu’une partie de la collection au moins fût achetée par l’État et reversée dans le fonds de l’École vétérinaire d’Alfort, faisant ainsi de la bibliothèque un haut lieu du patrimoine vétérinaire et bibliophilique des établissements de l’enseignement supérieur.

[1] « Bourgelat poussait le despotisme littéraire au point de ne permettre à ses élèves, à quelques dictionnaires près, l’usage d’aucun autre ouvrage que les siens ; il faisait lui-même des visites fréquentes à ce sujet, et séquestrait impitoyablement tout ce qui n’était pas de lui, sous le spécieux prétexte d’empêcher les élèves de se livrer à des théories vaines, et de s’occuper de toute autre étude que de celle de l’art. » (Alcide Raillet et Léon Moulé, Histoire de l’École d’Alfort, Paris, Asselin et Houzeau, 1908, p. 256)

[2] Ibid., p. 260

[3] Voir le dictionnaire en ligne de l’Enssib, http://www.enssib.fr/le-dictionnaire/confiscations, consulté le 16/11/2016.

[4] Catalogue des livres, dessins et estampes de feu M. J.-B. Huzard […] mis en ordre et rédigé par P. Leblanc, Paris, Veuve Bouchard-Huzard, 1842, 3 vol., t. i, p lj.

[5] Ibid., p. 3 Présentation rédigée par Huzard lui-même.

Expérimentation et fiction : l’animalité au cœur du vivant