Fleurons du fonds très ancien de l’EnvA

Notes sur quelques exemplaires, en forme de promenade illustrée

Auteur : Romain Menini

Parmi les livres que conserve la Bibliothèque de l’École nationale vétérinaire d’Alfort, les ouvrages publiés avant 1600 retiennent l’attention. Non les plus nombreux, et pour cause, mais assurément parmi les plus rares de la collection patrimoniale, les volumes de ce qu’il faut nommer le fonds très ancien de l’EnvA ont bénéficié, à l’occasion du projet « Animalhumanité », d’une véritable redécouverte. Ces 134 titres remplissant 106 exemplaires — il y a quelques recueils factices ou composites — méritaient de sortir de l’oubli dans lequel ils se tenaient depuis trop longtemps. À cet effet, et grâce à l’aide de deux stagiaires, le catalogue informatique, auparavant fautif, a pu être amendé ; on trouvera qui plus est, sur ce site, un catalogue de titres courts qui propose, de ce fonds très ancien, une vision synoptique.

Médecine (non seulement vétérinaire), agriculture, anatomie, chirurgie, histoire naturelle, botanique, chasse, équitation, maréchalerie, philosophie, doxographie, cosmographie… Le fonds d’avant 1600, très antérieur à la fondation de l’EnvA, est plus riche qu’on pourrait le croire en ne songeant qu’à la seule « spécialisation » de l’École. Les livres de la collection abordent différents sujets en différentes langues (anciennes et modernes) ; nous sommes ici à la croisée de la bibliothèque de travail et de la collection bibliophilique. La constitution progressive du fonds explique son caractère composite, mais la figure de Jean-Baptiste Huzard lui a selon toute vraisemblance conféré une partie importante de la richesse qui est actuellement la sienne. Vétérinaire et bibliophile, Huzard († 1838) apposa son ex-libris[1] sur nombre de volumes de la collection conservée aujourd’hui à l’EnvA — encore ceux-ci ne constituent-ils qu’une maigre portion des 40 000 volumes qui faisaient alors du membre de l’Institut l’un des plus remarquables collectionneurs de son temps[2].fig-1

En tout état de cause, il y a fort à parier que les quelques reliures bibliophiliques qu’on trouve dans le fonds, ces pastiches du XIXe siècle qui se signalent entre les plus attendus vélins, veaux et basanes communs de la collection, sont à mettre au compte de la passion du même Huzard pour les plats ornés à la manière de la Renaissance. À titre d’exemple, citons la rare « Écuirie » de langue allemande (Marstaellerei, Francfort, Ch. Egenolff, 1531, cote XVI-54) qui porte son ex-libris et donne à lire, sous sa reliure luxueusement colorée, plusieurs pages de la main du bibliophile.

fig-2 fig-3 fig-4Le seul incunable du fonds est un exemplaire de l’encyclopédie médiévale De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais (Nuremberg, A. Koberger, 1492, cote XVI-03 [sic]), fig-5véritable best-seller des premiers temps de l’imprimerie. Si l’on en croit le catalogue de la bibliothèque d’Huzard dressé après sa mort, dans lequel le volume porte le numéro 155, le bibliophile possédait la bagatelle de neuf autres éditions du même livre publiées, en latin et en français, avant 1500, en plus d’un manuscrit du XVe siècle[3] — preuve s’il en est de la richesse insigne de sa collection ! On trouve aujourd’hui à la Bibliothèque nationale l’une de ces éditions incunables du De proprietatibus rerum qu’avait rassemblées Huzard : la traduction française du texte publiée à Lyon, par Matthias Husz, en 1485 ; la numérisation en est consultable sur Gallica[4]. Il suffit de parcourir les métacatalogues bibliographiques[5] pour prendre la mesure de la dissémination de la profuse collection Huzard dans les bibliothèques françaises (et notamment parisiennes[6] : Bibliothèque Inter-Universitaire de Médecine, de l’Institut de France, du Muséum d’Histoire Naturelle, etc.).

Parmi les possesseurs antérieurs à Huzard, citons le cas isolé de Jacques Boileau (1635-1716), frère du poète illustre : sa signature manuscrite, Boileau Soc.[ius] Sorb.[onicus][7], se trouve sur des œuvres de Varron imprimées en 1585 (cote XVI-34).fig-6 fig-7Le recueil factice coté XVI-08, qui comporte sous sa basane d’époque trois pièces dont la première (Simon Tovar, De Compositorum medicamentorum examine Nova Methodus) fut imprimée en 1586, laisse apparaître le portrait d’Alvarus Nonius (i. e. Nunez Alvarez de Santarem, professeur de médecine à Louvain), daté de la même année).fig-8 fig-9Dans certains des volumes de la collection, se laissent découvrir les ex-libris imprimés des bibliophiles de la famille Bigot : le père Jean (1588-1645), sieur de Sommesnil et de Cleuville, doyen de la cour des Aides de Normandie, dont la bibliothèque atteignit 6000 volumes, et son fils Louis-Émery (1626-1689)[8]. Ces marques d’appartenance figurent sur les gardes des exemplaires suivants :

 — le recueil factice coté XVI-05, comprenant trois pièces de Leonhart Fuchs, Cassius Medicus et Guillaume Le Lièvre (voir infra pour cette dernière pièce) sous un vélin ancien ;fig-10 fig-11— une édition grecque de Porphyre et Michel d’Éphèse (Florence, B. Giunta, 1548, cote XVI-86) ;fig-12— les Deux livres des venins de Jacques Grévin (Anvers, Ch. Plantin, 1568) suivis de la traduction, par le même Grévin, des Œuvres de Nicandre (ibid., 1567, cote XVI-73).fig-13 fig-14 fig-15Plusieurs mentions de congrégations parisiennes se lisent encore sur les gardes et les pages de titre : citons seulement l’abbaye bénédictine de Saint-Germain-des-Prés, l’abbaye Sainte-Geneviève, le couvent des franciscains, le monastère des Blancs-Manteaux ou la Compagnie de Jésus. Il est clair que les confiscations révolutionnaires sont la cause d’une telle variété de provenances.

Mais il faut surtout remarquer la récurrence de l’ex-libris manuscrit de Pierre Pitois, Marquis de Quincye, Seigneur de Saint-Maurice, mort en 1768. On lit sa signature en particulier sur les ouvrages qui concernent l’art équestre[9], et qui forment un ensemble très riche au sein de la collection. Le cavalier avait réuni au XVIIIe siècle une collection sur le noble sujet, comme en témoigne le manuscrit NAF 1019 de la Bibliothèque nationale, intitulé « Catalogue de la collection de livres de M. le marquis de Quincye, sur l’art gymnastique, concernant l’art de monter à cheval, et les maladies des chevaux ; ensemble le catalogue des manuscrits concernant cet art ». Les ouvrages furent ensuite disséminés. Plusieurs livres du marquis figurent aujourd’hui dans le fonds ancien de l’EnvA, après être passés, pour la plupart, entre les mains d’Huzard :

— la traduction par Jean Ruel des Veterinariæ medicinæ libri II (Paris, L. Blaubloom pour S. de Colines, 1530, cote XVI-81) fig-16— on trouve aussi dans la collection le texte grec édité par Simon Grynaeus (Bâle, J. Walder, 1537, cote XVI-29 ).fig-17 — à noter : le titre recopié à la main pour remplacer la page imprimée perdue) ;

— le Libro della natura delli cavalli d’Agogo Mago (Venise, F. Bindoni et M. Pasini, 1537, cote XVI-109) ;

fig-18— la traduction française de la Mareschalerie de Lorenzo Rusio (Paris, G. Auvray, 1583, cote XVI-18) fig-19— l’EnvA possède aussi la première impression française du texte original, intitulé Hippiatria (Paris, Ch. Wechel, 1531, cote XVI-59) ;fig-20La gloria del cavallo de Caracciolo (Venise, N. Moretti, 1589, cote XVI-04) — un livre que Montaigne lui-même avait lu, certes dans une édition antérieure[10] — ;fig-21— les classiques Ordini di cavalcare de Federico Grisone (Pesaro, B. Cesano, 1558, cote XVI-30) fig-22— voir aussi l’exemplaire de la traduction française disponible au XVIe siècle du même traité (cote XVI-60) ;fig-23— le Libro de’ marchi de’ cavalli (Venezia, N. Nelli, 1569, cote XVI-46) ;fig-24— ou encore la splendide Escuirie de Marco de Pavari imprimée en très grand format par Jean II de Tournes en 1581 (cote XVI-103).fig-25La liste est loin d’être exhaustive concernant la collection du prolifique marquis de Quincye.

 Première traduction française imprimée des Aphorismes d’Hippocrate, la version de Jean Brèche de Tours dans son édition la plus ancienne (Paris, J. Kerver, 1550) est entrée plus tardivement, quant à elle, dans la collection de l’EnvA. Paul Adam, ancien professeur, en a fait don à l’École en 1893 : un ex-libris collé sur le contreplat supérieur de cet in-16o — qui a gardé sa première reliure en veau, aujourd’hui fort abîmée — l’atteste (cote XVI-41). fig-26On retrouve cette même marque du professeur Adam sur un ouvrage d’alchimie, le De ratione conficiendi lapidis philosophici de Lorenzo Ventura (Bâle, P. Perna, 1571, cote XVI-111), ainsi que, entre autres volumes, sur un recueil comprenant deux traités médicaux imprimés en 1548 (Actuarius, De urinis, Paris, J. Gazeau ; Sylvius, Methodus medicamenta componendi, Lyon, J. de Tournes et G. Gazeau, cote XVI-36).

Parmi les fleurons de la collection, signalons deux précieux in-folio de langue française, caractéristiques de la production parisienne à l’époque post-incunable : le livre Des deduiz de la chasse des bestes sauvaiges et des oyseaux de proyes, par Gaston III de Foix-Béarn, dit Fébus (Phebus), publié, en 1507, par Antoine Vérard (cote XVI-62) fig-27 fig-28et Le livre des prouffitz champestres et ruraulx, traduction du manuel à succès de Pietro de Crescenzi, dans une édition (Paris, Ph. Le Noir, 1530) dont l’Universal Short Title Catalogue (nos 37308 et 76534 : doublon) ne connaît guère que cinq autres exemplaires (cote XVI-01).fig-29 fig-30Parmi les exemplaires les plus anciens, sont encore à relever :

— un Macer Floridus parisien de 1511 (XVI-117) ;fig-31 — l’Ars memorativa de Guillaume Le Lièvre (Leporeus), dans sa première édition parisienne (Paris, J. Bade, 1520, cote XVI-05 [3]) ;fig-32— le traité vétérinaire de Végèce dans son édition de référence bâloise (J. Faber aus Emmich, 1528, cote XVI-55) ;fig-33— le traité sur le traitement de la pestilence de Rhazès dans une rare édition (3 autres exemplaires selon l’USTC, no 181104) parisienne de Simon du Bois (1528, cote XVI-77) ;fig-34 — l’Onomasticon medicinæ de Brunfels (Strasbourg, J. Schott, 1534, cote XVI-91, dans sa première reliure estampée à froid).fig-35 fig-36Enfin, faisons un sort aux nombreuses éditions illustrées de la collection. Parmi celles-ci, trois grands in-folio :

— l’Herbarium du même Brunfels (Strasbourg, Johann Schott, 1537), à la page de titre roussie mais à l’intérieur encore frais (cote XVI-68) ;fig-37 fig-38— une réédition de la traduction française de la Cosmographia de Sebastian Münster, avec ses nombreuses gravures en double page (Bâle, H. Petri, 1568, cote XVI-90) ;fig-39 fig-40— les Icones animalium de Conrad Gesner, opus richement illustré (Zürich, Ch. Froschauer, 1560, cote XVI-100).fig-41 fig-42Deux volumes de plus petite taille méritent aussi d’être mentionnés, notamment au titre de leurs magnifiques gravures :

— un Livre des merveilles allemand, imprimé en 1546 à Francfort (cote XVI-31, seul exemplaire en France d’après l’USTC) ;fig-43 fig-44— les Deux livres de chirurgie in-octavo d’Ambroise Paré (Paris, A. Wechel, 1573, cote XVI-50), fig-45qui comprennent, sous leur reliure en veau du XVIe siècle, les illustrations célèbres du non moins fameux Livre des monstres et des prodiges.fig-46 fig-47Espérons que cet aperçu, bien que trop rapide, aura néanmoins réussi à donner quelque idée de la richesse qui est celle du fonds très ancien de l’EnvA. Des recherches plus approfondies sur l’histoire de sa constitution seront nécessaires pour apprécier à sa juste valeur une telle collection qui ne manquera pas — espérons-le — de séduire les spécialistes et les curieux, amateurs d’histoire des sciences ou d’histoire du livre.

[1] Voir sur cette marque les informations données par le site de l’Institut de France : http://www.bibliotheque-institutdefrance.fr/ftp/provenances/resultats.php?id_marque=186.

[2] Sur Huzard bibliophile, voir récemment Jean-Paul Fontaine (Le Bibliophile Rhemus), Les Gardiens de Bibliopolis, préface de Yann Sordet, Paris, L’Hexaèdre, 2015, p. 319-321.

[3] Voir Catalogue des livres, dessins et estampes de feu M. J.-B. Huzard […] mis en ordre et rédigé par P. Leblanc, Paris, Veuve Bouchard-Huzard, 1842, 3 vol., t. i, p. 14-15.

[4]Ibid., no 59. BnF Rés. R-218 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86054541 Le volume fut acquis par Yemeniz en 1867. — Le no 162 du catalogue de Leblanc, un exemplaire de la même traduction française imprimé à Rouen en 1512, est lui aussi conservé à la BnF sous la cote Rés. 4-NFS-8°.

[5] Voir p. ex. la notice d’autorité du Sudoc, IdRef : http://www.idref.fr/034613420#390.

[6] Voir aussi, p. ex., la notice en ligne que lui consacre la Bibliothèque municipale de Lyon, dont le fonds Bonafous vient pour partie de la collection Huzard : http://www.bm-lyon.adeli.biz/decouvrir/collections/bonafous_11.htm.

[7] Voir p. ex. une autre occurrence de cette même signature sur le Xénophon de 1561, issu de la collection De Thou (BnF, Rés. J-42).

[8] Sur cette famille de bibliophiles, voir http://histoire-bibliophilie.blogspot.fr/2015/10/la-bibliotheque-bigot.html.

[9] Sur ce domaine, voir Philippe Deblaise, « Itinéraire du livre dans l’Europe de la Renaissance », dans Les Arts de l’équitation dans l’Europe de la Renaissance, Patrice Franchet d’Esperey et Monique Chatenet (dir.), en collab. avec Ernest Chenière, Arles, Actes Sud, 2009, p. 253-265. — Voir aussi les reproductions d’imprimés anciens dans l’exposition en ligne proposée par l’US National Library of Medicine : « The Horse : A Mirror of Man », à l’adresse suivante : https://www.nlm.nih.gov/exhibition/horse/index.html.

[10] Voir Jean Balsamo, « Montaigne, le style (du) cavalier, et ses modèles italiens », Nouvelle Revue du XVIe siècle, 17 (1999), no 2, p. 253-267.

Expérimentation et fiction : l’animalité au cœur du vivant